EN PORSCHE À 20 ANS

Les premières économies de Pia Beckmann, 20 ans, sont toutes passées dans une Porsche 928 S4. Un investissement judicieux selon la jeune femme. Explications.

Une jeune femme selon notre cœur

Fonctionnaire de l’administration publique de la ville de Pinneberg, dans le Schleswig-Holstein, en Allemagne, Pia Beckmann, 20 ans, a déjà réussi à mettre un beau pactole de côté. Non convaincue par les taux d’intérêts offerts par les banques, et peu encline à entasser son magot sous son matelas, la jeune femme a décidé de placer son argent dans un oldtimer. Logique, depuis qu’elle a pris le volant de son premier véhicule, une Golf 1 Cabriolet, Pia a un petit faible pour les voitures classiques. Cela dit, ce choix, s’il a été dicté par l’amour de Pia pour les vieilles autos, est également le fruit d’une réflexion tout à fait rationnelle. Effectivement, la côte de ces anciennes ne cessant de croître ces dernières années, l’achat d’un oldtimer s’est imposé de lui-même.

Tel père, telle fille!

Le père de Pia possédant déjà une 928, le choix de la fille de ce dernier s’est rapidement orienté vers une Porsche. Il faut dire que la côte des créations du constructeur de Zuffenhausen n’a de cesse de croître. Mais encore, vers quel modèle s’orienter? Certes, il y a l’emblématique 911, mais le prix de cette dernière s’est envolé ces dernières années. Aussi, le célèbre coupé a rapidement été écarté au profit d’une… 928.

La 928

Dévoilée en 1977, lors du salon de Genève, la 928 a été mise « sur roues » afin d’aider Porsche à sortir de la monoculture 911. Ainsi, par rapport à l’emblématique coupé, la 928 se veut révolutionnaire. Aussi, elle tranche avec tout ce que le constructeur a proposé jusqu’alors. A commencer par ses lignes d’abord qui sont plus allongées, plus arrondies et plus basses. Par son architecture ensuite qui est atypique puisque transaxle (V8 à l’avant et boîte de vitesses à l’arrière). Par son niveau d’équipement enfin qui était très élevé pour l’époque. Bref, lors de sa commercialisation, la voiture avait beaucoup pour plaire. Pourtant, même s’ils sont un certain nombre chez Porsche à penser que les jours du moteur en porte-à-faux arrière sont comptés, les fans inconditionnels de la 911, eux, n’en démordent pas: certes, la 928 est un coupé GT confortable et rapide, mais elle n’est certainement pas aussi « pure » que la 911.

S4 de 1987

Qu’à cela ne tienne, la voiture plait à Pia. Il faut dire que son père possède déjà une 928, une S 4,7 l de 300 ch. Tant mieux, le paternel sera en mesure d’aider la fille à trouver son bonheur. Leurs critères? La voiture doit posséder une boîte de vitesses manuelle, ne pas afficher trop de kilomètres au compteur, et surtout, être saine. Après de nombreuses recherches, ils finissent par trouver leur bonheur: une 928 bleu foncé de 160 000 kilomètres. La voiture est une S4 de 1987, c’est-à-dire qu’elle développe 320 ch à 6000 tr/min. Extérieurement, la belle se distingue de ses ainées par ses boucliers inédits, inspirés à l’avant de la nouvelle 944 Turbo. A l’arrière, la GT étrenne de nouveaux phares. Au dessus de ces derniers, un nouvel aileron fait son apparition. Des modifications qui ont tôt fait de donner un sacré coup de vieux aux précédentes versions de 928: la normale, la S, la S2, et la S3.

Porschiste à 20 ans

Jusqu’ici, la plupart des amateurs de la marque de Zuffenhausen devenaient « Porschistes » à l’heure de souffler leurs 40 bougies — s’offrir une Porsche pour surmonter une éventuelle crise de la quarantaine n’a rien d’un mythe —. Pia, elle, a décidé d’entrer dans la « confrérie » à peine sa deuxième décennie entamée. Son histoire a toutes les chances de se répéter ailleurs, tant l’achat d’un oldtimer permet désormais non seulement d’assouvir sa passion, mais aussi de le faire sans perdre de l’argent.

Pas de commentaire

Teilen Sie uns in einem Kommentar Ihre Meinung zum Artikel mit!