RALLYE AÏCHA DES GAZELLES : LES SUISSESSES À LA CONQUÊTE DU DÉSERT

Le rallye 100% féminin attire toujours davantage de compétitrices helvétiques dans les dunes du Maroc. Parmi elles, plusieurs peuvent prétendre à la victoire…

27e édition

C’est parti! Au moment du coup d’envoi de la 27e édition du Rallye des Gazelles, l’engouement des Suissesses pour la célèbre épreuve nord-africaine bat un nouveau record avec pas moins de 13 équipages au départ. Créée spécialement pour l’occasion, l’agence Filao représente désormais officiellement la manifestation en Suisse en partenariat avec le garage spécialisé ZZ Kustom basé à Rolles. Inscriptions, encadrement, stages de conduite et de navigation en plus d’entraînements mécaniques spécialisés, rien n’a été laissé au hasard pour satisfaire au exigences très pointues de Maienga, la société organisatrice depuis les débuts du rallye créé par Dominique Serra en 1990.

Ni smartphone, ni GPS

Basé sur l’orientation et non sur la vitesse, le Rallye des Gazelles met les compétences de navigation à rude épreuve sur les quelque 2500 kilomètres d’étapes au travers du désert marocain. Les téléphones et GPS sont confisqués au début de l’épreuve en même temps que tout autre appareil ou moyen susceptible de fournir un avantage supplémentaire. En tout et pour tout, les seuls équipements admis sont un lot de cartes datant des années 1960 ainsi qu’une boussole.

Domination helvétique

L’histoire récente des Suissesses est un véritable succès: sacrées meilleures débutantes en 2014, Régine Zbiden et Ela Steiner ont failli remporter le rallye en 2015 avant de gagner haut la main en 2016. C’est en cherchant des sponsors pour cet équipage devenu phare que Patrice Genoud, fondateur de l’agence Filao, a mis le pied à l’étrier: « après m’être impliqué pour Régine et Ela, je me suis rendu à l’arrivée du rallye à Essaouira. J’ai été impressionné par la solidarité des gazelles. On voyait la fatigue sur les visages, le dépassement de soi. C’était une aventure humaine exceptionnelle », se souvient-il.
Cette année, même si elle part en tant que favorite, Régine Zbinden participe dans une optique plus relax en l’absence de son ancienne équipière, retenue pour des raisons familiales. Toutes deux contrôleuses du trafic aérien à Genève, les deux comparses n’avaient eu aucune peine à tracer des caps, y compris en catégorie Expertes. Pour l’édition 2017, ce sera un retour à la catégorie standard: « Lydia, ma nouvelle navigatrice, est aussi contrôleuse du trafic aérien, mais c’est sa première participation, explique Régine Zbinden. Nous partons sans pression pour qu’elle puisse découvrir le rallye. Je ne voulais pas partir pour viser le classement. »

Reines du 4×4?

Chez les débutantes, Caroline Zosso part avec le même état d’esprit. En tant qu’épouse du patron du garage ZZ Kustom, elle connaît néanmoins très bien la conduite offroad, même si elle n’a encore jamais participé au Rallye des Gazelles. « Notre véhicule est préparé pour le rallye-raid grâce à son pont renforcé et ses suspensions réglées pour la vitesse, mais ce n’est pas le but de l’épreuve. C’est tout de même une bonne chose d’avoir quelques notions de mécanique et de savoir changer une roue, par exemple. On peut appeler l’assistance, mais c’est 200 kilomètres de pénalité, et comme le but est de réaliser le trajet le plus court possible, ce n’est pas l’idéal! » Du côté de la navigatrice Peggy Vogel, l’ambiance est au beau fixe quoi qu’il arrive: « à force de se lever tous les matins à 4h et de rentrer vers 22h, la fatigue sera forcément au rendez-vous, la tension aussi. Mais nous avons tout prévu! »

Pour arriver premier, il faut premièrement arriver

Pour sa première participation, Tania Lio-Martinez a aussi fait préparer son véhicule chez ZZ Kustom. « Je l’ai acheté exprès, confie-t-elle. J’ai peu d’expérience avec les 4×4, même si j’ai déjà conduit hors des sentiers battus en Espagne avec mon mari. Les cailloux et le trial, je gère, mais j’appréhende surtout les dunes! Heureusement, ma coéquipière a déjà fait le rallye en 2010. Mon but est d’arriver jusqu’au bout avant tout. En tant que maman, j’avais envie de changer du quotidien, et comme je suis sensible au but humanitaire du rallye, c’était parfait. »

La fille de Jo Siffert de la partie

Avec quatre participations à son actif, Véronique De Sybourg-Siffert n’a pas peur d’affronter à nouveau le sable du désert avec le casque rouge et blanc de son illustre papa. « J’ai trouvé une super équipière, se réjouit la fille de Jo Siffert. Ce sera la première fois pour elle avec les gazelles, mais elle connaît bien la navigation. J’essaierai aussi d’y être sensible de mon côté. Il faut de toute façon se concerter pour que l’on voie la même chose. Nous allons tout faire pour passer l’arrivée sans ennuis mécaniques, et si nous décrochons un top 10, ce serait super! »

Rallye des Gazelles, les équipages suisses à suivre en 2017:

SSV:

N° 23: Prune Salti (FRA) et Nathalie Peer

Crossovers:

N° 322: Dominique Ferrero et Sophie Buclin

Autos:

N° 119: Nathalie Cuperus et Gloria Castro

N° 146: Caroline Zosso et Peggy Vogel

N° 153: Tania Lio-Martinez et Cécile Legouge (FRA)

N° 156: Valérie Bapst et Fabienne Lefort (FRA)

N° 169: Véronique De Sybourg-Siffert et Laurence Brasey

N° 176: Emilie Kühni et Stéphanie Jacob-Denonne (BEL)

N° 181: Peggy Dreosti et Olinka Moran

N° 208: Vanessa Baptista (FRA) et Barbara Bedu

N° 213: Régine Zbinden et Lydia Christen

Pas de commentaire

Teilen Sie uns in einem Kommentar Ihre Meinung zum Artikel mit!