BIEN PLUS QU’UN NUMÉRO…

Pour la majorité des conducteurs, la plaque d’immatriculation n’est qu’un morceau d’aluminium qui sert à identifier son véhicule. Pour d’autres, en revanche, c’est un moyen d’affirmer son ego, faire tourner les têtes avec un «666», un «12345» ou un «500000». Il y a aussi le clin d’œil: toujours sympa de croiser une Aston Martin affublée du 007 ou une Porsche 911 de son «911» ou «9XX» suivant le type de modèle. Enfin, il y a aussi les identifiants moins évidents, plus personnels, comme une date de naissance, une date de mariage – plus moyen de l’oublier, Messieurs! – ou simplement des numérotations qui se suivent au sein d’une même famille. Bref, les raisons sont bonnes et nombreuses pour débourser un petit peu plus que les quelques dizaines de francs habituels que nous demande notre service des automobiles bien-aimé.

Sous d’autres latitudes, l’exercice existe bien évidemment aussi. Nous connaissons l’attachement des Asiatiques à la symbolique des chiffres. Les Anglais, eux, font preuve de plus d’humour en mettant en vente les «numéros» V1AGRA, ou K1NGS, voire, pour les plus lubriques, PEN15… Mais les records proviennent du Moyen-Orient, où les vertus particulières prêtées à la numérologie revêtent une importance capitale. Ainsi, les Emirats arabes unis, par exemple, procèdent à plusieurs ventes aux enchères durant l’année, dont les résultats atteignent des sommets… Le numéro 1 à Sharjah a été mis à prix à 1 million de dirhams (soit environ 300 000 francs suisses). Les enchères se sont envolées jusqu’à atteindre 18 millions de dirhams (env. 5 000 000 de francs suisses). D’autres numéros se sont arrachés à prix d’or, comme le 12 ou le 22, affichés tous deux à plus de 2 millions de dirhams chacun (soit env. 600 000 francs). Au total, chaque vente permet de récolter plus de 50 millions de dirhams (plus de 16 millions de francs suisses). Pour la plaque d’immatriculation numéro 1 d’Abu Dhabi, un membre d’une riche famille locale a déboursé pas moins de 52,2 millions de dirhams (env. 17,4 millions de francs) en 2008, record du monde à ce jour. Une seule chose différencie les Emirats et la Suisse cependant: alors que nos délires numérologiques engraissent le ménage cantonal, ceux des émiratis profitent à des associations caritatives.


SOMMAIRE RA N°20/2017 (18.05.2017)

A la une
Plaques d’immatriculation Secrets de fabrication
Interview
François Launaz Deuxième mandat à la tête d’auto-suisse
Actu
Volkswagen Le succès toujours au rendez-vous
Magazine
Cayenne Tournée des grands ducs en guise d’adieux
Essai et première
Infiniti Q60
Škoda Rapid Spaceback
Sport
Formule 1 Lewis Hamilton à l’heure espagnole
CS Slaloms Nouveau parcours ultrarapide à Bure
Formule E Buemi et Monaco, une histoire d’amour

Pas de commentaire

Teilen Sie uns in einem Kommentar Ihre Meinung zum Artikel mit!