DIESELGATE: LES SENTENCES COMMENCENT À TOMBER

Oliver Schmidt, un ex-cadre du groupe Volkswagen, a été condamné à sept ans de prison et à une amende de 400 000 dollars par un tribunal américain pour son rôle dans le scandale du dieselgate.

Arrêté en début d’année en Floride alors qu’il revenait d’un séjour chez lui, en Allemagne, Oliver Schmidt, directeur VW en charge de la conformité des émissions pour les États-Unis de 2012 à 2015 avait plaidé coupable des deux accusations dont il faisait l’objet: complot en vue de frauder les États-Unis et violation de la Clean Air Act.

7 ans et 400 000 dollars

L’avocat de Schmidt réclamait une peine maximale de 40 mois, combinée à une amende de 100 000 dollars. Mais le ressortissant allemand âgé de 48 ans a finalement écopé de bien plus puisqu’il a été condamné à une peine de prison de sept ans et à une amende de 400 000 dollars, soit la peine maximale qui était prévue par l’accord conclu en août dernier entre Schmidt et les autorités américaines. « Je pense que vous êtes un complice clé dans ce stratagème qui vise à frauder les Etats-Unis. Vous avez vu cela comme votre opportunité de briller. » a expliqué le juge fédéral Sean Cox à l’heure de prononcer la sentence.

Deuxième employé condamné

Schmidt est le deuxième employé Volkswagen à être condamné à la prison aux Etats-Unis pour son rôle dans le scandale. En août, James Liang, l’ancien chef de la division diesel de VW, a été condamné à 40 mois de prison et à une amende de 200 000 dollars. Quant au groupe Volkswagen AG, il a été reconnu coupable en mars dernier de trois accusations. Il a reçu une amende de 2,8 milliards de dollars.

Teilen Sie uns in einem Kommentar Ihre Meinung zum Artikel mit!